Le Synope démonte point par point l'article de UFC-Que Choisir

Pourquoi un tel acharnement médiatique sur notre profession ? s'interroge le Synope, qui démonte point par point l'article de UFC Que Choisir

info-intox.jpg

Dans un document très argumenté dont nous reprenous les points essentiels,le Syndicat des Opticiens Entrepreneurs précise que l'étude réalisée par UFC Que Choisir, publiée en avril 2013, à grand renfort médiatique, s'ajoute à une campagne de dénigrement intensif du métier d'opticien, que les professionnels subissent depuis plusieurs mois. 

       Le Synope compte faire entendre haut et fort son indignation, tout en réaffirmant ne partager ni les éléments de diagnostic exposés par cette étude, ni ses conclusions hâtives et peu objectives. 

L'analyse des tarifs pratiqués en France par rapport aux pays voisins européens de 4 verres strictement identiques, démontre que le marché français n'est pas plus cher que le marché allemand ou italien

 Le calcul de la marge, supposée exorbitante, réalisé par l'étude UFC Que Choisir (300%) fait frémir : les chiffres choc font sensation et sont les seuls repris par la presse afin de justifier des titres racoleurs sur les « marges exorbitantes ! ». 
En réalité, le calcul utilisé n'est pas un taux de marge au sens comptable, mais un calcul mercatique (marge rapportée au prix d'achat du produit). Ce calcul ne tient pas compte de la prestation associée à la vente d'un dispositif médical personnalisé et sur-mesure qu'est la lunette, par un professionnel de santé l'opticien. En effet, la prise en charge du porteur, la prise de mesures, le montage et l'ajustage de l'équipement, le travail administratif permettant la prise en charge, représente près de 2h15/2h30 pour la vente d'une paire de lunettes.

• Le taux de marge brute (comptable) réalisé par les opticiens est entre 55 et 63% ! pour aboutir à un taux de marge nette située entre 5 et 7%. 
En clair, ce qu'il reste dans la « poche » de l'opticien après la vente d'une paire de lunettes à 200€ TTC, c'est : 167,22€HT X 5% = 8,3€ par équipement vendu.
(En reprenant (même s'ils sont discutables) les montants cités par l'UFC Que choisir, le taux de marge brute comptable (Prix de Vente HT - Prix d'achat HT)/Prix de vente HT X 100 (393€-118€/393€)X100 = 70%)

• Selon l'UFC Que Choisir, les opticiens augmentent les prix de vente pour compenser des frais fixes : « chaque magasin ayant vu son activité diminuer sans que ses frais fixes ne fassent de même, le coût par paire vendue a augmenté ».
Et pourtant, le CA global de l'optique en France reste stable, voire en légère baisse en 2012. Comment les « experts » de l'UFC Que Choisir peuvent-ils arriver à cette conclusion sans analyser l'évolution globale du marché ?

Depuis 5 ans, le CA par magasin a baissé de 6% ! Pourquoi une association de consommateur indépendante préconise le développement de réseaux de référencement (réseaux des complémentaires santé), alors même qu'ils n'ont jamais fait la preuve de leur efficience dans l'intérêt du consommateur ? Et en oubliant d'évoquer le « reste à charge » effectivement payé par le consommateur (=PRIX EQUIPEMENT + MONTANT ANNUEL COTISATION COMPLEMENTAIRE SANTE - REMBOURSEMENT).

Quid de la question du montant de cotisations des complémentaires santé, alors même qu'il a été annoncé (beaucoup plus discrètement certes) une augmentation de 12% des tarifs des OCAM en 2012, et en parallèle une stagnation des niveaux de remboursement que ne peuvent à eux seuls expliquer les transferts de charges opérés par la sécurité sociale ?

Pourquoi, alors même que la lunette est considérée comme un dispositif médical, ne lui est-il pas appliqué une TVA diminuée, à l'instar de la très grande majorité des dispositifs médicaux (soit une TVA à 5,5%) ? 
• TVA en France : 19,6% verres et montures ;
• En Allemagne : 19% verres et montures ;
• Italie : 4% sur les Verres et 21% sur les montures.

Pourquoi les tarifs de référence de l'optique établis par l'UNCAM n'ont pas évolué depuis plus de 20 ans, et les tarifs CMU depuis sa mise en place ?

Pourquoi, alors qu'elle est appelée de ses voeux par la profession depuis plus de 5 ans, la table ronde visant à échanger entre les professionnels de santé et les payeurs (UNCAM et UNOCAM), dans le cadre de la convention établie pour toutes les professions de santé, n'a-t-elle toujours pas été réunie ? Pourtant, la loi avait même prévu en 2009 que cette convention serait obligatoirement tripartite pour l'optique.

Enfin, prenant acte de la position de Madame la Ministre des affaires sociales et de la santé, qui indiquait hier devant la représentation nationale que « des discussions devront avoir lieu sur ce sujet », nous nous tenons à sa disposition au jour et à l'heure de sa convenance afin de lui détailler l'ensemble de nos propositions.

PROPOSITIONS DU SYNOPE POUR AMELIORER l'ACCES DES FRANÇAIS AUX LUNETTES
• Ouvrir la négociation conventionnelle bloquée depuis 2009 avec l'UNCAM et l'UNOCAM
• Réviser le taux de prise en charge du ou des régimes obligatoires pour permettre à chaque concitoyen d'avoir accès à un équipement de base
• Porter le taux de TVA à un taux réduit comme les autres dispositifs médicaux
• Débloquer le dossier de révision du Diplôme d'opticien pour permettre un meilleur ajustement du nombre d'opticien et donc de facto du nombre de magasins